Présentation de la cavité - Recommandations - Topographies - Pompage et explorations du 9 au 11 septembre 2016


Présentation de la cavité

La grotte de Malchefroy, située sur la commune de Macornay, possède un développement total connu de 1900 mètres ce qui en fait le 14e plus important réseau du Jura.
Elle fut découverte et explorée dans les années 50 par le GSJ, jusqu’au siphon de la galerie active, à 220 mètres de l’entrée et dans la galerie adjacente sur environ 100 mètres, jusqu’à un 2e siphon (voir la topographie de Colin, 1966).
La cavité est parcourue par une rivière active et une grande partie de la galerie d’entrée s’ennoie lors des crues. Très argileuse, avec plusieurs passages étroits, la cavité n’est pas une grande classique en raison de sa configuration peu engageante et des siphons infranchissables, sauf par les plongeurs.
Le SCL travaillera, à la fin des années 90, à l’aménagement de l’entrée de la cavité et effectuera une coloration dans la perte de Grange Rouge, située à environ 1.6 kilomètres au sud-sud-est de l’entrée de la grotte de Malchefroy, sur la commune de Géruge, à 520 mètres d’altitude. La coloration ressortira dans l’actif de la grotte de Malchefroy quelques jours plus tard.
Depuis lors, hormis quelques vaines tentatives de pompage amateur et quelques visites de curieux, la cavité est retombée dans l’oubli jusqu’au projet de pompage inter CDS39 et CDS71.

Quelques données faunistiques : présence dans la cavité de Niphargus, Caecosphaeroma virei, Trichoniscoides mixtus, diploures, collemboles, coléoptères Choleva, petits et grands rhinolophes.


Recommandations

Cette cavité est sur un terrain privé et sa visite nécessite l'autorisation d'accès des propriétaires.

Si les spéléologues veulent continuer à pratiquer leurs activités en harmonie avec autrui, il est important de respecter certaines règles sous peine de se voir interdire l'accès aux cavités, malheureusement de nombreux exemples existent dans le Jura et ailleurs. La responsabilité des propriétaires des terrains est bien souvent en cause. En revanche, quand une réglementation est clairement établie, les accès se font sans heurs. On peut citer par exemple le gouffre du Coudrier où une demande à la mairie doit être préalablement effectuée ou la Borne aux Cassots dans laquelle une porte cadenassée a été installée mais où les spéléos peuvent en demander le code au CDS39...

Pour plus d'information, nous conseillons donc aux visiteurs éventuels de contacter le SCL.

Les personnes autorisées à effectuer des recherches dans la cavité sont invitées à transmettre leurs résultats avec topographie au SCL.


Topographies

Topo Malch Colin 1966

Colin, 1966

 

Topo Malch GSJ 1977

 Inédit, Groupe Spéléologique Jurassien, 1977


Pompage et exploration du 9 au 11 septembre 2016

Un grand événement pour le Spéléo Club Lédonien, en lien avec le spéléo club de Louhans, le SSF 39 et le SSF 71, pour ce superbe grand week-end du vendredi 9 au dimanche 11 Septembre.
Pour le Spéléo Club Lédonien, Johan, JP, Michel, Pascal, Christian, Aurélien, Anne (avec Coralie et Fred), Jean-Marie et Mathis, étaient présents.
J’ai eu le grand plaisir d’être en binôme avec Michel le vendredi soir pour découvrir le réseau post-siphon. Michel redécouvrait, presque 40 ans après les plongées du GSJ, la rivière souterraine et le réseau primaire.
Christian, accompagné par Pascal, a pu nous émouvoir avec de superbes clichés du réseau primaire.
Johan, avec Jérémy, ont pu commencer une escalade prometteuse dans l’une des grandes cheminées du réseau primaire.
J’ai pu goûter aux joies de la première, le samedi, avec Anthony et Vincent, en ouvrant la voie dans la galerie des Montagnes Russes et en poussant quelques blocs pour être le premier à poser le pied dans la belle galerie Blanche.
Mathis a eu le bonheur de goûter aux joies argileuses de la première partie de la cavité.
Mention spéciale pour Johan qui était présent du vendredi début d’après-midi jusqu’au dimanche fin d’après-midi.
Christian Labet, qui fut à l’origine de l’engouement du club dans les années 90 pour cette grotte, a pu vivre la belle émotion de découvrir une partie du réseau aquatique derrière le siphon, accompagné par Aurélien.
Enfin, Dominique Labet-Vuitton, l’une des propriétaires, a su nous accueillir chaleureusement, nous faciliter grandement l’organisation par une disponibilité de tous les instants, et aider Valérie pour l’intendance de ce grand week-end.

Pour le reste, je vous invite à la lecture du compte rendu global ci-dessous, publié dans CDS Info n°262 :

Afin d’organiser au mieux l’opération pompage le jour J, plusieurs acteurs ont soigneusement préparé le terrain : le SSF 39 pour permettre l’organisation de ce grand week-end avec l’intendance et les moyens techniques nécessaires, le SSF 71 pour sa compétence et son matériel de pompage, les clubs locaux (Spéléo Club Lédonien et Spéléo Club de Louhans) pour la préparation depuis quelques mois des mesures de débit et de l’aménagement de l’accès, la connaissance du réseau et la négociation des accès avec les propriétaires des lieux.
Dès vendredi 9 Septembre, 21 spéléos sont présents pour mettre en place la logistique extérieure et installer les câbles et les pompes dans la cavité ainsi que plusieurs spéléo-phones pour la communication avant et après siphon. En moins d’une heure, le siphon est vidé et, à partir de 17 heures, plusieurs équipes effectuent les premières reconnaissances pour les objectifs du lendemain.
Samedi 10 Septembre, dès 8H30, plusieurs équipes s’engagent au-delà du siphon désamorcé, parcourent les 400 et quelques mètres de la belle rivière souterraine ponctuée de barrières de calcite et de cascades et arrivent au shunt qui donne accès dans le grand réseau primaire. Chaque équipe a un objectif : 2 équipes pour l’escalade des cheminées, 2 équipes d’exploration des trémies dans l’actif de l’amont et dans la grande trémie côté sud, 1 équipe dans l’aval fossile, 1 équipe photo, 1 équipe désobstruction qui reste au siphon pour agrandissement et élargissement. Les derniers sortent vers 21 heures.
34 spéléos sont présents dont 10 équipes sous terre. Les premiers résultats sont prometteurs avec le siphon aménagé, avec environ 300 mètres de galeries explorées en première et des arrêts sur rien, faute de temps ou de matériel pour continuer l’exploration en sécurité. Les escalades seront à poursuivre et certaines trémies à regarder plus attentivement. La journée se termine par un somptueux et très convivial banquet gaulois à la belle étoile.
Dimanche 11 Septembre, 19 spéléos sont présents pour sortir les pompes, les câbles et nettoyer le matériel. La technique est bien rôdée et les propriétaires nous autorisent à réaliser une partie du nettoyage sur place.
Au total, d’après les calculs de Didier Accary, on obtient un temps cumulé de 210 heures d’exploration sous terre.
Participation de 3 clubs jurassiens (SCL, SCSC, GRSP), 2 clubs de Saône-et-Loire (SC Louhans et SC Argilon) et 1 club parisien invité (SCOF).
Prise en charge financière de l’opération par les SSF 39 et 71. Belle réussite d’une opération interdépartementale.
Ce premier aperçu d’un réseau qui n’avait plus fait l’objet d’exploration depuis les spéléos plongeurs et topographes du GSJ dans les années 70, suscite fortement l’envie de poursuivre les découvertes à réaliser dans les années à venir.
L’enthousiasme des explorateurs et la dynamique créée par ce pompage permet d’ouvrir de belles perspectives pour 2017.